La Lettre du SPI, 3 avril 2020

Une Semaine sainte en confinement

Frères et sœurs, nous nous apprêtons à vivre quelque chose de profondément inédit, que personne d’entre nous n’a jamais vécu et que probablement personne, espérons-le, ne vivra de nouveau : une semaine sainte en confinement ! Dans quelques années, on en parlera en disant : « Vous vous souvenez, c’était l’année de la Semaine sainte en confinement ».

Il y a deux ans, nous sommes entrés en Semaine sainte juste après l’attentat de Trèbes qui a vu le sacrifice d’un officier de gendarmerie, Arnaud Beltrame, pour sauver la vie d’une personne. Ce geste héroïque avait donné une couleur toute particulière à notre Semaine sainte. Elle nous a aidés à contempler, à frais nouveaux, le mystère de la Passion : Jésus offre sa vie sur la croix en sacrifice pour le salut de l’humanité.

L’année dernière nous sommes entrés en Semaine sainte avec l’incendie de Notre-Dame et l’émotion planétaire qui l’a accompagné. Cet événement avait donné une couleur toute particulière à notre Semaine sainte. Il nous a aidés à prendre conscience que l’Église, constituée par le Christ pour prolonger le sacrifice eucharistique du Jeudi saint, brûle (suite à la crise des abus sexuels) mais aussi que le monde a besoin que l’Église tienne debout !

Cette année nous entrons en Semaine sainte, en confinement. Cette année il n’y aura pas de rassemblements ; vous ne pourrez pas communier lors de la Sainte Cène ; nos 15 catéchumènes ne seront pas baptisés à la veillée pascale ; nous ne pourrons pas nous embrasser le jour de Pâques en disant « Christ est vraiment ressuscité ». Cette situation de confinement donnera une couleur toute particulière à cette Semaine sainte. Et cette couleur, c’est vous qui la lui donnerez ! Vous pouvez compter sur la paroisse pour vous aider (tel est l’objet de ce numéro spécial du Spi) mais la façon dont vous vous approprierez ces propositions, ça, ça relève de vous !

Chers frères et sœurs, je compte sur vous pour faire de cette Semaine sainte qui commence, une semaine extraordinaire (au sens littéral du terme), une semaine qui restera dans les annales de nos mémoires non pas comme « l’année du grand gâchis » mais comme une « année de grâce »...

Que Dieu bénisse chacun de vous et vos proches. Belle Semaine sainte.

P Maximilien, curé.