Église saint-Sauveur



Le clocher du village de Maurepas. L'un des six de la paroisse Notre-Dame de l'Espérance. Son vocable : « Saint-Sauveur » est unique en Ile France. Il en fait son originalité, qui se manifeste dans les mille ans de l’histoire de cette église, autant dans son architecture que dans la richesse de son patrimoine.
Deux leitmotivs définissent son intérieur :

  • « L’alliance de Dieu avec son peuple pour un monde nouveau »
  • « Marie se rapproche de son peuple »

Informations pratiques

Adresse:

2 rue de l’église ou Rue de Villeneuve - 78 310 Maurepas

Messe du dimanche:

Les horaires des messes de la paroisse : ICI

Responsable de clocher:

Monsieur Fanost aidé par madame Etame


  • Equipe d’animation du patrimoine : « Les Compagnons de Saint-Sauveur »

    L’Équipe « Les Compagnons de Saint-Sauveur », (Responsable Coordinateur Georges Barbier tél. : 07 86 35 18 97 - mail : apem.lcss@gmail.com) :

    • Elle défend la sauvegarde de ce patrimoine merveilleux et participe à son embellissement, avec son « Compte Patrimoine », qu’elle alimente en particulier grâce aux adhésions : Don/Soutien
    • Elle en fait la promotion à travers diverses manifestations : visites guidées les dimanches après-midi du 1er mai au 1er novembre, conférences, diaporama, concerts….
    • Elle participe à l’animation liturgique du lieu par exemple à travers la présentation d’une crèche ancienne, du 1er dimanche de l’Avent à la fête de la Purification.


    « Le Veilleur », son périodique d’informations

    • N°6 (01/05/2022) : ICI
    • N°5 (23/01/2022) : ICI - Carte de vœux 2022: ICI
    • N°4 (28/11/2021) : ICI
    • N°3 (24/04/2021) : ICI
    • N°2 (28/02/2021) : ICI
    • N°1 (24/01/2021) : ICI - Carte de vœux 2021: ICI
  • L'histoire de l'église depuis le XIème siècle

    L’histoire de l’église vient se caler sur celle de Maurepas et de sa motte féodale avec son donjon.

    Elle peut se découper en 6 grandes périodes, dont un résumé est donné ci-après.

    1 - De ses origines au XIème siècle

    Ses origines remontent au néolithique (quatrième millénaire avant notre ère). Des découvertes de bifaces en sont la preuve, là où se situent les premières huttes des habitants regroupés autour de la Fontaine St Sauveur.

    Puis, plus tard durant dans cette période deux autres grands moments historiques la marquent profondément : l’occupation romaine (Diodurum) et l’arrivée de l’influence chrétienne (abbaye cistercienne d’Ythe).

    En 768, le roi Pépin le Bref fait donation de certaines parties de son royaume, en forêt de l’Yveline, c’est le cas des terres de « Mala Repasta » aux abbayes d'Argenteuil et de Saint Denis.

    La vallée de la Mauldre est un couloir permettant de relier la vallée de la Seine et la « plaine de Jouars-Montfort ». Il convient de le contrôler et de le surveiller. C’est alors que naissent vers les IXème /Xème siècles sur les trois hauteurs la surplombant, les mottes féodales de Neauphle, de Montfort et de Maurepas.

    Vers l’an mil, la « motte féodale » de Maurepas comporte une tour de guet en bois (à l’emplacement du donjon actuel) situé dans « la haute-cour » et vraisemblablement une chapelle elle aussi en bois dans la « basse-cour ». mais, sans que l’on puisse certifier son existence, ni son emplacement à la place de l’église St Sauveur.

    2 - Les Malrepast (XIIème – XVème siècles)

    Les invasions des Normands, montrent que ces abbayes sont trop éloignées pour assurer une protection efficace des habitants. Les terres alors possession de l'abbaye de Saint Denis, sont cédées par l’abbé à une famille du terroir, capable de les défendre plus efficacement, tandis que les paysans se regroupent autour de sa demeure. Cette famille prend alors le nom de ce village « Malrepast ».

    Le système féodal se met en place, ce seigneur devient vassal  de celui de Chevreuse.

    Vers la fin du XIème/début du XIIème, pour être plus à même de résister aux invasions, aux pillages ou aux incendies, l’un et l’autre sont rebâtis en meulière.

    Le donjon, que nous connaissons encore aujourd'hui, haut de vingt mètres et de dix-sept mètres de diamètre, domine l'ensemble féodal et est alors la demeure du seigneur.

    En 1369, durant la Guerre de Cent Ans, partout c’est la pauvreté et la désolation, les Malrepast doivent quitter leurs terres ; « château et forteresse » sont vendus par Jean II de Malrepast, ruiné, à Pierre de Chevreuse. Dans les années qui suivent, le château est occupé par des seigneurs brigands qui vivent de rapines et rançonnent les alentours.

    Le 11 septembre  1432, le comte d’Arundel, lieutenant général du roi d’Angleterre prend d’assaut le château, fait exécuter Aymon de Mouchy, le dernier seigneur brigand avec tous les occupants  et fait détruire les murs du donjon de moitié, horizontalement et verticalement pour empêcher toute reconstruction.

    3 - La famille de Chevreuse (XVIème – XVIIème siècles)

    « Malrepast » devient « Morepas ».
    La baronnie de Maurepas passe ensuite successivement entre les mains de différentes familles de noblesse d’épée appartenant à la maison de Chevreuse : celles du duc d'Etampes, du cardinal de Lorraine, de Marie de Rohan et Charles d’Albert.

    Est construit sur les fondations des remparts, avec les pierres du donjon, « le Logis  de Chevreuse ».

    4 - La famille Phélypeaux (XVIIIème siècle)

    Sous le règne du Roi Soleil, les Maurepasiens contribuent à l'embellissement de Versailles en canalisant les eaux de la ville, destinées à alimenter les bassins du château versaillais de Louis XIV. Ce sont les Rigoles Royales.

    En 1691, sur ordre du Roi, la baronnie de Maurepas passe du duché de Chevreuse à la baronnie des Phélypeaux de Pontchartrain, successivement Louis, Jérôme et Jean-Frédéric. Cette grande famille de noblesse de robe occupe des postes importants proches du roi : Conseiller d’Etat et ministre de la Marine. Le dernier « Monsieur de Maurepas » portera le titre de Comte. Tombé en disgrâce aux yeux de Louis XV, il connaîtra un exil de 25 années, qu'il consacrera à la gestion de ses terres. Rappelé par Louis XVI, son exil prend fin, il devient président du conseil d’État et servira le Roi jusqu'à sa mort, en 1781, comme conseiller.

    5 - De la Révolution à la fin du XIXème siècle

    Décédé sans descendance, les terres passent à sa nièce épouse du duc de Cossé-Brissac Durant son transfert de prison ordonné par Danton, il est assassiné. Son épouse quitté la France pour l’Italie pour des raisons de santé, Ses terres sont alors mises sous séquestre. De retour en France en 1801, grâce à son intervention auprès de Napoléon Bonaparte, elle les retrouve. Mais ruinée, elle met le domaine en vente. Il est démembré entre 1859 et 1867.
    A la fin du XIXème siècle, « la Ferme de la Tour » appartient aux Havrincourt-Rochechouart.

    Durant la Révolution, Dandrieux. curé signataire de la Constitution civile du Clergé, devient le 1er maire de Maurepas, Le culte est maintenu. Mais en 1793, évincé par le révolutionnaire Decourty, le curé se retire et le culte est suspendu. Il sera rétabli, en avril 1795, lorsque Maurepas  retrouve son ancien curé, qui retourne à la vie publique.

    La période de relative accalmie qui fait suite aux troubles de 1789, permet à la vie quotidienne de s'organiser autour des quelques 275 habitants que compte Maurepas en 1828. La commune choisit le bureau de poste qui va la desservir, ce sera celui de Trappes. En 1834 une école primaire est créée. En 1852, l'ouverture de la ligne de chemin de fer Paris-Chartres permet aux Maurepasiens d'aller vendre leurs produits au marché de Versailles. En 1868, la bibliothèque municipale ouvre ses portes.

    6 - La période moderne (XXème – XXIème siècles)

    De la famille Rochechouart-Mortemart et d’Havrincourt, la ferme est léguée par testament en 1924 à la famille Chabannes-La Palice, qui la vend. Elle passe successivement aux fermiers Prud’homme, locataires depuis 1880, puis à Monsieur Fanost, ascendant de l’actuel propriétaire.

    Modeste commune au début du XIXème, Maurepas devient peu à peu, au travers des péripéties de ce siècle, la ville qu'elle est aujourd'hui. Vivant jusqu'aux années 1960 à l'heure villageoise, la ville se modernise puis s'intègre au sein du périmètre de la future ville nouvelle de Saint-Quentin-en-Yvelines. La population décuple en 20 ans pour atteindre presque 20 000 habitants à l'heure actuelle. L'ensemble du paysage est remodelé, mais malgré cette rapide métamorphose, l'ancien village et la nouvelle agglomération forment un ensemble cohérent, qui, tout en offrant les services et les attraits d'une ville moderne et dynamique, permet de goûter encore le calme et ta tranquillité de la campagne.

    Les points forts de ce patrimoine :

    Chacune de ces 6 périodes vont marquer profondément, cette église romane dès son origine, aussi bien dans son architecture que dans son patrimoine mobilier. C’est l’objet même des visites guidées par une personne de l’Équipe « Les Compagnons de Saint-Sauveur ». Aussi nous n’en feront pas ici un résumé.
    Seuls ses points forts sont indiqués sur le croquis de l’intérieur de l’église ci-dessous :

    1. Eléments de l’ancien retable (XVIIIème) :  tableau – devant d’autel– colombe
    2. Maître-autel (XVIème)
    3. Banc d’œuvre : partie siège (XVIIIème)
    4. Bas-relief autel latéral (XVIIIème)
    5. Vierge de l’Annonciation (copie du moulage d’une œuvre du XIVème présente au Louvre)
    6. Croix de la Résurrection
    7. Ambon à partir de la chaire du XVIIIème
    8. Autel avec tabernacle : (Table du banc d’œuvre et tabernacle de l’ancien maître-autel du XVIIIème) Lustre de l’ancien chœur (XIXème)
    9. Fonts baptismaux (XVIème)
    10. Pierre tombale d’un couple de villageois (XVIème)
    11. Pilier rond « dit carolingien », par son détail (XIIème)

    Rectangle en pointillé bleu : emplacement du collatéral.

  • Photos

    Façade Nord:

    Façade Sud:

    Nef et chœur:

    Narthex et tribune:

    La Vierge de l'Annonciation:

Search

Sauvegarder
Choix utilisateur pour les Cookies
Nous utilisons des cookies afin de vous proposer les meilleurs services possibles. Si vous déclinez l'utilisation de ces cookies, le site web pourrait ne pas fonctionner correctement.
Tout accepter
Tout décliner
Marketing
Ensemble de techniques ayant pour objet la stratégie commerciale et notamment l'étude de marché.
Facebook
Accepter
Décliner
Analytics
Outils utilisés pour analyser les données de navigation et mesurer l'efficacité du site internet afin de comprendre son fonctionnement.
Snowplow
Accepter
Décliner
Unknown
Unknown
Accepter
Décliner